Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 14:53

  Hitchcock Coups de coeur titre

Zoom sur les personnes qui ont accompagné Hitchcock et qui ont influencé sa carrière.

 

 

 

 

 

BERNARD HERRMANN le compositeur sur mesure
 

Très longtemps, Hitchcock a cherché à s'attacher la collaboration d'un musicien à l'identité affirmée, une sorte d'alter ego capable de coller musicalement à ce qu'il montrait à l'écran.
Il avait voulu travailler une première fois avec Bernard Herrmann lors du tournage en 1944 de
La Maison du Docteur Edwardes mais le musicien était déjà pris par ailleurs et leur collaboration fut ajournée.
Herrmann avait une flatteuse réputation, malgré un caractère très difficile, il possédait une solide expérience de la musique de films et c'est tout naturellement que les deux hommes se sont finalement trouvés pour fonder ce qui allait devenir la collaboration la plus prolifique et la plus réussie de l'histoire du 7ème art.
Hitchcock l'a engagé en 1954 pour écrire la musique de Mais qui a tué Harry ? et Herrmann a ensuite composé la bande originale des 7 films suivants du cinéaste. Pour être tout à fait exact, Herrmann a été uniquement conseiller pour le son sur le film
Les Oiseaux qui ne contient pas de bande musicale mais uniquement des sons électroniques.
Bernard Herrmann a toujours su admirablement faire passer les émotions qu'Hitchcock voulait susciter en nous, que ce soit l'humour (
Mais qui a tué Harry ?), la peur (Psychose, Les Oiseaux) l'angoisse (Sueurs froides), le suspense (Le Faux coupable), l'action (La Mort aux trousses) ou les tourments (L'Homme qui en savait trop et Pas de printemps pour Marnie)…
Pour chacun de ces films, la musique fait partie intégrante de l'intrigue, douce ou saccadée, envoûtante ou hypnotique.
Hitchcock avait laissé carte blanche à Herrmann pour le remake de L'Homme qui en savait trop, libre à lui de composer un nouvel opus symphonique pour la scène se déroulant à l'Albert Hall. Le compositeur estima que la musique originale écrite par Arthur Benjamin était excellente et souhaita donc la garder, se contentant de la réorchestrer. Il interpréta son propre rôle à la tête de l'orchestre et on peut donc le voir diriger ses musiciens dans le film. Il avait vu juste car cette musique dont le coup de cymbales est au cœur de l'intrigue, colle admirablement au tempo crescendo de la scène.
Tout naturellement, Herrmann qui collaborait toujours avec Hitchcock, composa en 1966 la musique du film Le Rideau déchiré. Toutefois, Hitchcock affaibli par l'échec cuisant de son précédent film Pas de printemps pour Marnie, subissait la pression des producteurs qui exigeaient une musique collant plus à l'air du temps et portée par une chanson populaire qui favoriserait l'attrait des spectateurs. Ils estimaient qu'Herrmann était un peu dépassé et sa musique pas assez moderne pour espérer attirer un public plus jeune. C'est ainsi que lorsque le compositeur fit entendre la musique écrite tout spécialement pour ce nouveau film à Hitchcock, celui-ci se montra très déçu et le fit savoir à Herrmann, lui déclarant que sa musique n'était pas assez "pop" ! Herrmann très surpris rétorqua qu'il ne savait pas faire dans ce genre là et qu'Hitchcock le savait parfaitement après toutes ces années de collaboration. La musique fut refusée et les deux hommes restèrent fâchés jusqu'à la fin de leurs jours.
Triste fin pour une si brillante collaboration dont il convient de ne retenir que les bons côtés.
Une nouvelle musique a donc été écrite par John Addison, celle-ci n'était pas vraiment plus "pop" mais fut cette fois retenue. Elle n'empêcha pas le naufrage du film et ne resta pas dans les mémoires… l'honneur de Bernard Herrmann était sauf !

 

                                                          

 

 

 

 

Pellicule-Hitch4.jpg

 

 

 

 

 


ALMA REVILLE l'indispensable Mme Hitchcock ! 

 
Il est indéniable que la carrière d'Alfred Hitchcock n'aurait pas été la même sans la présence assidue à ses côtés de son épouse Alma Reville.
Elle a toujours été sa première supportrice, son bras droit, son aiguillon… Aucun projet ne voyait le jour sans son approbation pleine et entière, c'était une chose impensable aux yeux d'Hitchcock.

Hitchcock et Alma RevilleElle a sans cesse œuvré dans l'ombre de son illustre mari mais son influence était bien réelle. Derrière sa frêle silhouette se cachait une femme discrète mais déterminée, connaissant parfaitement l'univers cinématographique et sûre de ses choix.

Alma Reville qui, sa vie durant a continué à se faire appeler ainsi est née le 14 août 1899, un jour après celui qui allait devenir son mari et ils se sont rencontrés en 1923 aux studios de la Famous Players-Lasky à Londres où elle travaillait comme monteuse alors qu'Alfred dessinait des intertitres de films muets avant de gravir les échelons jusqu'à devenir réalisateur.
Ils se sont mariés le 2 décembre 1926 et ont eu une fille unique, Patricia née le 7 juillet 1928.
Leurs centres d'intérêts à Hitch et Alma se rejoignaient sur bien des points et ils partageaient la même vision de l'art cinématographique.
Alma avait un regard critique mais juste et son intuition la trompait rarement.
Il était inconcevable pour Hitchcock de passer outre l'avis éclairé Hitchcock et Alma Reville (3)de son épouse et il savait qu'il pouvait se fier sans réserve à son opinion pour le choix d'un sujet ou d'un scénario. Malgré tout, elle savait rester à sa place et ne faisait pas preuve d'ingérence, notamment dans le domaine technique où le Maître excellait. Lorsque Hitchcock disait à un scénariste qu'Alma avait beaucoup aimé son travail, c'était une forme de reconnaissance suprême et l'aval sans réserve du projet.

Après avoir collaboré à une douzaine de films de son époux, au fil des années le rôle d'Alma s'est fait progressivement moins prépondérant. Au début des années 50, elle a pris du recul et en tout cas n'apparaissait plus officiellement au générique mais nul doute qu'en privé elle avait encore son mot à dire.
Hitchcock a d'ailleurs tenu à la mettre en lumière lors du "Life Achievement Award", hommage de l'American Film Institute qui lui était consacré en mars 1979. Il a déclaré son amour aux 4 personnes qui lui ont donné le plus d'affection, d'estime et d'encouragement. La première est une monteuse de films, la deuxième est une scénariste, la troisième est la mère de sa fille Pat et la quatrième est une remarquable cuisinière, leur nom est Alma Reville !
Quel plus bel hommage pouvait-il lui rendre devant tout le gratin d'Hollywood ?
Alma est décédée le 6 juillet 1982, 2 ans après son époux et on peut affirmer que sans elle la carrière d'Hitchcock n'aurait pas eu le même éclat.



Hitchcock et Alma Reville (5)                                                                 Alma et Hitch sur le tournage de son dernier film Complot de famille en 1975.
                                                                                     Elle aura été à ses côtés jusqu'aux derniers instants.



Pellicule-Hitch4.jpg

  

GRACE KELLY jamais prénom ne fut si bien porté... Grace3




Grace Kelly

Elle était l'actrice préférée d'Hitchcock et on le comprend... Au delà de sa beauté lumineuse, il aimait la femme attentive aux autres, charmante et qui avait un réel talent de comédienne. Elle était dotée d'une grâce innée et son visage resplendissait à l'écran. Hitchcock ne s'est jamais vraiment remis de l'abandon prématuré de sa carrière d'actrice pour embrasser celle de Princesse et pendant très longtemps il a espéré son retour, en vain... Après le come-back avorté de Grace pour tenir le rôle de Marnie en 1963, il s'est rendu à l'évidence et a compris que plus jamais son actrice fétiche ne jouerait sous sa direction, à son grand regret.
Grace Kelly devenue Princesse Grace de Monaco nous a quittés tragiquement il y a 30 ans, le 14 septembre 1982 mais ne cesse de subjuguer les amoureux de sa fascinante beauté.

Alfred Hitchcock et Grace Kelly



  projecteur3 Voir sa carrière pour Hitchcock en détail dans la rubrique Les actrices essentielles.

 

 

 

 

hitchcroquis-gris5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mycrmsystem.com 30/09/2014 12:09

Bernard Herrman is truly genuine . Hitchcock sought to tie the merging and acquaintance of a musician with strong identity involving the element of ego within it. How many of you have noted the fact that for each of these movies, music is an integral part of the plot