Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 13:28

 

 

Friand-Hitch.jpg
 

Place ici aux anecdotes, aux à-côtés, à la petite histoire, mais toujours sur le même sujet…



 

Pellicule-Hitch4.jpg

 

 

 

Clin d'oeil

Hitchcock dans "Scènes de ménages"

 

Pur hasard ou clin d'œil assumé, Hitchcock se trouve de façon surprenante affiché sur un des murs de l'entrée dans l'appartement partagé par Marion (Audrey Lamy) et Cédric (Loup-Denis Elion) dans la série "Scènes de ménages" diffusée chaque soir à 20h15 sur M6.

En effet, l'affiche que l'on peut voir accrochée au mur, jamais de façon très rapprochée il est vrai, est celle de la version belge de La Maison du Dr Edwardes (Spellbound) avec Ingrid Bergman et Gregory Peck, film sorti en Belgique sous le titre "Je te sauverai" comme le montre la reproduction figurant sur la photo ci-dessous.

 

 

                                                                                          

 

 


Pellicule-Hitch4.jpg

 

 

 

Hitchcock en chanson

Un bel hommage


                                                                                                                                                             

                                                                                                                                               


Grand amateur du cinéma classique hollywoodien, Eddy Mitchell rend un hommage appuyé à Hitchcock sur son album Héros sorti en novembre 2013. La plage 8 de ce CD, intitulée Final cut, lui sert de postulat tendant à prouver que, contrairement au cinéaste dans ses films, il n’est pas maître de la fin de son histoire d’amour. Il réussit la prouesse de citer près d’une vingtaine de titres de films d’Hitchcock dans cette seule chanson…

 

 

Pellicule-Hitch4.jpg

 

 

 

 

Hitchcock et Titanic

Un projet qui tombe à l'eau...

 

Alors que l'on vient de commémorer le 100ème anniversaire du naufrage du Titanic qui a Hitchcock Titanicsombré le 15 avril 1912, il est intéressant de rappeler que lorsque le producteur David O. Selznick a fait venir Hitchcock à Hollywood en 1939, c'était initialement pour réaliser un film retraçant le naufrage du célèbre paquebot.
Le réalisateur a commencé à travailler sur le projet adapté d'un roman, adaptation qu'il voulait très réaliste et il semblait d'ailleurs assez intéressé par l'idée. Le projet a finalement été abandonné après pas mal d'hésitations et le film n'a jamais vu le jour. Il a été remplacé par Rebecca, adaptation d'un roman de Daphné du Maurier qui restera donc comme le premier film américain de la carrière d'Alfred Hitchcock.
Nul ne peut présager de ce qu'aurait été le résultat si Hitchcock avait pu le réaliser. Celui-ci aurait évidemment été bien différent de l'adaptation qu'en a fait James Cameron bien plus tard mais Hitchcock avait toutefois prouvé en tournant La Taverne de la Jamaïque en 1939 et le prouvera plus encore en 1943 avec Lifeboat que les tournages de naufrages et les défis aquatiques qu'ils impliquent ne lui faisaient pas peur et qu'il s'en sortait de façon magistrale, indépendamment des défauts intrinsèques dont peuvent souffrir ces films.
Il y a également dans Correspondant 17, film qui suivi immédiatement Rebecca en 1940, une scène d'anthologie lorsqu'un avion se crashe dans la mer, la caméra étant placée dans le cockpit lors de l'arrivée de l'avion dans l'eau. Le tournage a nécessité des sommets d'ingéniosité et le résultat est bluffant.




 

Pellicule-Hitch4.jpg




 

Sueurs froides

Carlotta Miles ou Carlotta Novak ?



Lors de la préparation du tournage de Sueurs froides (Vertigo), en 1957, Alfred Hitchcock souhaitait absolument que Vera Miles tienne le rôle principal féminin. Il l'avait fait tourner dans le premier téléfilm diffusé de sa série "Alfred Hitchcock présente" : C'est lui en 1955 et dans Le Faux coupable en 1956.
Il voulait qu'elle devienne une nouvelle Grace Kelly et croyait beaucoup en elle.
Dans un premier temps, Vera Miles a donné son accord et a été engagée pour tenir le double rôle de Madeleine/Judy.
Des essais de coiffure ont été effectués et une première version du tableau de Carlotta Valdes, l'ancêtre de Madeleine qu'elle contemple durant de longues minutes dans le musée, a été réalisée à son effigie.
Malheureusement Hitchcock est tombé malade et a dû être hospitalisé à deux reprises, ce qui a retardé le tournage. Vera Miles est entre temps tombée enceinte et il a fallu la remplacer au pied levé.
Le réalisateur fort mécontent a donc choisi, la mort dans l'âme, de confier le rôle à Kim Novak.
Il ne l'a jamais vraiment acceptée et ses rapports avec son actrice ont été très tendus durant et après le tournage.
On a été contraint de réaliser une nouvelle version du tableau, celui que l'on peut voir dans le film, le visage des deux femmes étant assez différent.
Je vous propose un petit comparatif entre les deux actrices et les deux portraits. Il est permis de constater que la première mouture est plus dépouillée que la version finale, les décors en arrière plan devant, sans doute, être ajoutés par la suite.


 

Vertigo.jpg


 

Pellicule-Hitch4.jpg

 
Psychose
Passez donc à la maison !
 

La maison de Norman Bates dans Psychose (Psycho) est un "personnage" essentiel du film, le nœud de l'intrigue.
Hitchcock a voulu une maison gothique de style californien.
Afin de renforcer son caractère inquiétant, il souhaitait qu'elle soit élevée et placée en hauteur, sur une bute, afin de contraster fortement avec le motel long et bas.
Adaptation d'un ensemble déjà existant aux studios Universal, la sinistre maison s'inspire du tableau peint en 1925 par Edward Hopper "House by the Railroad" et des dessins publiés dans le "New Yorker" dans les années 30 par Charles Addams, qui allait devenir célèbre par la suite avec la fameuse Famille Addams adaptée ultérieurement en série télévisée, en dessins animés puis en films.
Il suffit de voir que la longue bande annonce diffusée lors de la sortie du film n'est en fait qu'une visite guidée de cette maison, orchestrée par Hitchcock lui-même, pour apporter la preuve de son importance.
Archi connue, cette demeure a fait l'objet de beaucoup d'évocations diverses, de clins d'œil et même de produits dérivés.
 
Maisons Psychose s 
 
Pellicule-Hitch4.jpg
 
 
La Mort aux trousses
Connaissez-vous ma (très jeune) mère ?



Dans le célébrissime La Mort aux trousses sorti en 1959, le rôle de la mère de Roger Thornhill (Cary Grant) est interprété par Jessie Royce Landis, une actrice américaine assez peu connue.
Le cocasse de cette situation familiale réside dans le fait que celle qui est censée incarner sa mère est en réalité plus jeune que Cary Grant, de près d'un an !
En effet, ce dernier était né le 18 janvier 1904 alors que sa "génitrice" dans le film est venue au monde le 25 novembre de la même année, soit 10 mois après son fils. Cherchez l'erreur !
Le tournage ayant eu lieu à l'automne 1958, ils avaient donc chacun plus ou moins 54 ans.
Cary Grant étant un habitué des rôles d'éternel jeune homme, le public n'y a vu que du feu. Il est vrai que Jessie Royce Landis n'avait pas une apparence particulièrement juvénile.
Elle avait incarné également le rôle de la mère de Grace Kelly dans La Main au collet en 1955, toujours avec Cary Grant, mais cette fois, elle avait 25 ans de plus que sa fille (Grace étant née le 12/11/29), ce qui était tout à fait plausible.

 
Royce-Grant.jpg


 

Pellicule-Hitch4.jpg

 
A l'est de Shanghai / Frenzy
Une si longue attente. 



En 1932 sort A l'est de Shanghai, comédie alerte racontant les déboires d'un jeune couple se retrouvant inopinément à la tête d'une fortune qui lui permet de voyager à travers le monde.
Au cours de leur périple en bateau, les jeunes mariés font la connaissance d'une vieille fille, pot de colle, curieuse et excentrique, interprétée par Elsie Randolph, actrice anglaise de complément alors âgée de 27 ans et dont c'est la première apparition à l'écran. Sa carrière est demeurée très mince, elle n'a tourné qu'une dizaine de films. La singularité de cette carrière réside dans le fait que son premier et son dernier film, espacés de 40 ans, rien que ça, ont tous deux été tournés sous la direction d'Hitchcock. Il lui a, en effet, confié un petit rôle dans Frenzy en 1972, lors de son retour en Angleterre, sa terre natale. Elle jouait une employée d'hôtel apeurée à l'idée de découvrir que le dangereux psychopathe recherché par la police dort dans une chambre de l'établissement où elle travaille.
Hitchcock et son actrice se sont, malgré le peu de films tournés ensemble, toujours croisés au cours de leur vie et c'est sans doute par amitié et estime que le metteur en scène a employé cette vieille connaissance pour un petit rôle dans son avant dernier film et l'ultime réalisé dans son pays d'origine.

 
Elsie-Randolph.jpg
 
Pellicule-Hitch4.jpg
 


 
Une Femme disparaît
Un duo qui tient la route.


Femme-disparait-1.jpgUne Femme disparaît (The Lady vanishes) sorti en 1938, est le plus grand succès d'Hitchcock durant sa période anglaise. Ce film trépidant et plein d'humour est rehaussé de nombreux seconds rôles particulièrement croustillants parmi lesquels le plus fameux est sans doute celui du duo d'amis Anglais formé de Charters (Basil Radford) et Caldicott (Naunton Wayne), deux parieurs de cricket invétérés.
Si au début du film leur unique préoccupation est de connaître les résultats de leur sport favori, sans se soucier le moins du monde des menaces pesant sur la paix, on découvre finalement que lorsque les choses se Femme-disparait-2.jpgcompliquent ils n'hésitent pas à faire preuve de courage et à prêter efficacement main forte aux autres passagers du train en vue de défendre leur liberté. 

Le duo comique et plein de finesse figurant à merveille l'humour typiquement anglais, a si bien fonctionné qu'un copyright a été déposé et c'est ainsi qu'on a pu retrouver les deux personnages incarnés par les mêmes acteurs dans trois films ultérieurs, non réalisés par Hitchcock : Train de nuit pour Munich de Carol Reed en 1940, Croock’s Tour de John Baxter en 1941 et Millions like Us de Sidney Gilliat et Frank Launder en 1943.
Ils en feront même un numéro de fantaisistes qu'ils interpréteront au music-hall et à la radio.
Ces personnages sont nés de l'imagination des scénaristes de Une Femme disparaît qui ne sont autres que Sidney Gilliat et Frank Launder, lesquels, sans doute satisfaits de leur trouvaille et forts du succès rencontré les ont repris dans le film qu'ils ont réalisé en 1943.
Si Naunton Wayne n'est jamais apparu dans aucun autre film d'Hitchcock, Basil Radford n'en était pas à sa première participation puisqu'il avait déjà joué dans Jeune et innocent en 1937 et tiendra à un nouveau un second rôle dans La Taverne de la Jamaïque en 1939.

 
Pellicule-Hitch4.jpg
 
Complot de famille
Trop envahissant !


En avril 1975, Hitchcock débute le tournage de ce qui devait être son dernier film Complot de famille. Le rôle d'Arthur Adamson, le bijoutier qui se livre avec son épouse à l'enlèvement de personnalités en vue d'obtenir des rançons versées sous la forme de diamants, était tenu à l'origine par Roy Thinnes, très connu pour étant le fameux David Vincent de la série télévisée Les Envahisseurs très populaire à la fin des années soixante.
Après plusieurs jours de tournage, et pour des raisons demeurées assez obscures, il a été renvoyé par Alfred Hitchcock qui, semble-t-il, ne le trouvait pas assez méchant pour le rôle.
Il a été remplacé dans l'urgence par William Devane et plusieurs scènes ont dû être retournées. Certaines durant lesquelles Thinnes figure de loin ont cependant été conservées et figurent dans le film, il s'agit notamment du passage de l'enlèvement se situant dans la cathédrale.
On ne saura jamais si le film y a gagné en crédibilité, mais à mon avis, l'interprétation de William Devane est loin d'être convaincante.
 Tournage Complot blog 
Pellicule-Hitch4.jpg

 
Histoire de famille
Hitchcock Père et Fille.

 
Fille unique d'Alfred Hitchcock et de son épouse et fidèle collaboratricePatricia-Hitchcock-sur-le-tournage-de-Num--ro-17.jpg Alma Reville, Patricia Hitchcock est née le 7 juillet 1928 à Londres.
Toute petite elle a baigné dans l'univers cinématographique qui était le quotidien de la famille entre un père metteur en scène de génie et une mère omniprésente alter ego du Maître, scénariste à ses heures, et dont rien n'était décidé sans son avis éclairé et son approbation.
Il était donc normal que, dès sa prime enfance, elle suive ses parents sur les plateaux de cinéma, comme le montre cette photo prise sur le tournage de Numéro 17 en 1932, elle a alors 4 ans et semble déjà très attentive.
Patricia-Hitchcock-sur-le-tournage-de-5e-colonne.jpgTout au long de la carrière de son père elle l'accompagnera souvent dans
 l'ombre, son caractère enjoué la faisant apprécier de tous, acteurs et techniciens.
Après des cours de théâtre à la Royal Academy of Dramatic Art à Londres, et des débuts à 13 ans dans la pièce Solitaire de John Van Druten, elle s'essaiera à une carrière de comédienne sans grand succès, les quelques pièces auxquelles elle participera quittant rapidement l'affiche.
Elle tournera un premier petit rôle dans Le Grand alibi réalisé par son père en 1950.
Elle y interprète une amie de Eve (Jane Wyman) malicieusement appelée Chubby, ce qui signifie "joufflue".
Elle devra également à son père son plus grand rôle au cinéma dans le film qu'il réalisa ensuite et sorti l'année suivante, L'Inconnu du Nord-Express. Engagée par l'intermédiaire de son
agent et après avoir tourné un bout d'essai concluant, elle tient le rôle de Barbara, la sœur d'Ann Morton (Ruth Roman) fiancée à Guy Haynes (Farley Patricia-et-Alfred-Hitchcock.jpgGranger), jeune espoir du tennis  en proie à un psychopathe dangereux et fou à lier Guy Anthony (Robert Walker).
Son physique étant assez proche de celui de l'épouse de Haynes, victime d'Anthony, sa ressemblance créé le trouble chez le meurtrier qui est à deux
doigts de renouveler son geste.
Le rôle de Patricia Hitchcock est à coup sûr le plus drôle du film et permet de détendre l'atmosphère pesante.
Sa dernière apparition dans un film de son père se situe dans Psychose en
1960, elle interprète Caroline la collègue du cabinet d'assurances dans lequel travaille Marion (Janet Leigh).
Sur un plan personnel, Pat Hitchcock s'est mariée en 1952 avec Joseph
 
O'Connell, homme d'affaires américain à qui elle a donné 3 filles précipitant ainsi la fin de sa carrière cinématographique il est vrai assez mal engagée.
Il faut noter également que de 1955 à 1960, elle a tourné dans 10 téléfilms de la série "Alfred Hitchcock présente" mais aucun n'a été réalisé par son père.
Elle l'a toujours soutenu et assisté jusqu'à ses derniers jours et a fait de même avec sa mère, elle s'efforce depuis à faire perdurer l'œuvre du Maître.




Patricia-Hitchcock-au-cin--ma.jpg
Pellicule-Hitch4.jpg


Record
La preuve par 6.
 
Qui a le plus souvent tourné sous la direction d'Alfred Hitchcock ? Non, ce n'est ni James Stewart ni Cary Grant qui même s'ils sont les plus emblématiques, ont tourné chacun 4 longs métrages, mais un acteur plus discret et moins connu qui avec 6 participations détient le record de l'acteur le plus fidèle au grand réalisateur. Il s'agit de Leo G. Carroll, acteur britannique né en 1892 et disparu en 1972.
Il a incarné successivement le Dr Baker, médecin de l'héroïne défunte dans Rebecca en 1940, le capitaine Melbeck, cousin et ancien employeur de Johnnie Aysgarth (Cary Grant) dans Soupçons en 1941, le Dr Murchison, patron de clinique et assassin dans La Maison du Dr Edwardes en 1945, le procureur Sir Joseph, accusateur de la belle et infidèle Madame Paradine (Allida Valli) dans Le Procès Paradine en 1947, le sénateur Morton, père de Barbara (Patricia Hitchcock) et Anne (Ruth Roman), maîtresse de Guy Haines (Farley Granger) persécuté par un dangereux psychopathe (Robert Walker) dans L'Inconnu du Nord-Express en 1951 et enfin "le Professeur", patron du contre-espionnage américain dans La Mort aux trousses en 1959, sa dernière apparition dans un film d'Hitchcock. Ses rôles dans La Maison du Dr Edwardes et La Mort aux trousses sont les plus développés, dans les autres films il est moins présent.
Quelle que soit son interprétation, il ne quitte jamais son flegme très britannique et il en faut beaucoup pour lui arracher l'esquisse d'un sourire.
 
                      
 
Pour être complet, il faut signaler qu'un autre acteur en l'occurrence John Longden, aurait pu partager cette place d'acteur le plus fidèle avec également 6 films, mais il convient de préciser que ce dernier a tourné dans Elstree calling en 1930, film musical auquel ont participé plusieurs réalisateurs (et dont la part exacte revenant à Hitchcock est incertaine) et La Taverne de la Jamaïque en 1939, petit rôle pour lequel il ne figure pas au générique.
 
 
 
 
A suivre...

Titre fin


hitchcroquis-gris5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires